Claire Naudin
12, Rue du Meix-Grenot
21700 Magny-les-Villers
Tel: +33 3 80 62 91 50
info@naudin-ferrand.com
Domaine naudin Ferrand Magny les villers

Claire's notes are only available in French. Do not hesitate to call her if you want to discuss further.

Primeurs? Vous avez dit primeurs?

Dernièrement on me demandait : « mais pourquoi donc ne vendez vous pas vos vins en primeurs ? Cela se fait beaucoup dans d’autres nobles régions de France ! ». Cette question m’a fait sourire… Vendre en primeur un authentique pinot noir, Bourguignon de surcroit, me parait une idée bien saugrenue : je m’explique…

Dans nos contrées, il est des bien des facteurs qui font l’identité d’un vin : le principal est celui qu’on appelle « le terroir ». Le terroir, c’est bien-sûr le sol tout d’abord, mais également l’altitude, l’orientation par rapport au soleil, et aussi des facteurs humains… Ce que les décrets fondateurs des A.O.C. appellent les usages « locaux, loyaux et constants ».

Ces aspects fondamentaux et constants sont croisés avec un facteur beaucoup plus variable, celui de la météorologie. En effet, chaque millésime imprime son empreinte, et c’est là ce qui fait le charme des Bourgogne, vivants, vibrants, toujours riches en surprise : en Bourgogne, il est rare que, sur une série de 3 millésimes, on n’en trouve pas un à son goût !

Enfin, chaque vinificateur, va, selon sa personnalité et son état d’esprit, orienter la vinification : vins plus légers ou vins très extraits, vins exacerbant le potentiel du raisin ou gommant ses déficiences… En matière de vinification, les règles sont simples, mais une chose est sûre, il n’y a pas qu’une vérité !...

A chaque amateur donc de partir à la recherche des vinificateurs et des vins qui le feront vibrer, lui parleront et l’emmèneront plus loin dans le parcours infini de l’éveil sensoriel…

S’il était un mot pour résumer la Bourgogne, je retiendrais celui de « kaléidoscope » ; paysage aux teneurs constantes et pourtant jamais figé, toujours renouvelé par la recherche des artisans au service de leur terroir et respectueux des particularités conférées par chaque année…

Ainsi, demander à un vigneron de citer ses bons millésimes (ou au contraire ses mauvais), c’est comme demander à un père de classer ses enfants… un non-sens. La certitude, c’est qu’ils sont tous différents, riches de leurs particularités ; certains plus affables, d’autres plus réservés ; certains robustes, d’autres plus fragiles ; certains plus brillants, d’autres plus sombres, etc. … Comme pour les enfants, les millésimes ont les qualités de leurs défauts, comme chaque médaille a son revers… Aussi, plutôt que d’aduler certains, au risque de tuer d’autres dans l’œuf, pourquoi ne pas essayer de laisser sa chance à chacun…

Illustrons notre propos par l’observation des derniers millésimes… Par chance, la nature nous a comblés en contrastes…

Claire Naudin
Juin 2007

Retrouvez toutes mes confidences